Dernières Infos
Le Contrôle des Véhicules au gaz

Les véhicules au gaz est l'une des solutions avancées pour lutter contre la pollution de l'air. Le gaz de pétrole liquéfié (GPL) est le plus utilisé au monde. En Hollande, environ 60 % des véhicules sont équipés de cette technologie. En Amérique du Nord et en Italie le parc automobile s'équipe.

En France, on compte environ 210.000 véhicules GPL en service. Les deux accidents en 1999 à Vénissieux et en 2002 à Mitry Mory n'ont pas contribué à la réputation des véhicules au gaz. L'Etat français s'est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, en conséquence, le secteur public (entreprises publiques et collectivités territoriales) a l'obligation lors du renouvellement de son parc automobile, d'acheter des véhicules fonctionnant au GNV ou GPL ou à l'électricité à hauteur de 20 % du marché public automobile.

13 Dacia Sandero GPL

Le parc automobile de véhicules particuliers français est estimé à 37,21 milions de voitures dont 30,85 millions pour les voitures et 5,73 millions pour les véhicules utilitaires légers(VUL). Actuellement, la motorisation diesel représente 54 % du parc automobile.

L'âge moyen d'une voiture est estimé à 8,3 ans.

Si on calcule le % de véhicule au gaz par rapport au parc automobile français (210.000/37.210.000), on obtient le chiffre de .... 0,56 %.

10BMWX5MonteSystemeGPL

13 Land Rover GPL

Ce X5 de chez BMW a été équipé un kit GPL comme la Land Rover.

LE CONTROLE TECHNIQUE DES VEHICULES AU GAZ

Le contrôle technique des véhicules au gaz a été renforcé à partir du 1er janvier 2012 en tenant compte du type de gaz: GPL ou Gaz Naturel (GNV).

13UtacOtcSRVGaz

SR/V/FG-2 applicable au 1er janvier 2011

GPL

Le gaz de pétrole liquéfié est un mélange d'hydrocarbures (propane et le butane) légers stocké à l'état liquide; Il est issu du raffinage du pétrole pour 40 % et du traitement du gaz naturel pour 60 %.

 

L'instruction technique SR/V/FG-2 du 7 novembre 2011 précise la méthodologie à employer ainsi que les points réglementaires à examiner lors d'une visite technique périodique (VTP).

13UtacOtcSRVGpl

5. METHODOLOGIE
Le logigramme en annexe I décrit le processus simplifié.
Avant la vérification de la fonction GAZ, le contrôleur examine visuellement l'état général de la
carrosserie du véhicule pour détecter d'éventuelles déformations d'éléments ou des défauts sur la
structure (ex : ajustement d'ouvrants) qui peuvent avoir une incidence sur l'installation (ex : état ou
fixation du réservoir).

On apprécie l'effort l'illustration de cette nouvelle SR/V;

Gaz Naturel pour Véhicule (GNV)

Le GNV est composé soit de gaz naturel soit de biogaz.

10PompeGaz

Le gaz naturel est composé en majorité de méthane (CH4) et provient de gisements (Russie, Norvège, Algérie...). Il nous parvient par gazoducs ou par méthanier.
le biogaz est un gaz qui est le résultat de la dégradation biologique de composés organiques (ordures ménagères, boues de station d'épuration des eaux usées etc.). Ce phénomène de « digestion biologique » des protéines, des graisses et des hydrates de carbone est anaérobie, c'est à dire qu'il se réalise sans oxygène. Il est une forme de valorisation des déchets et c'est pour cette raison qu'il est considéré comme une énergie renouvelable.

10UtacOtcSRVGAZNaturel

L'illustration facilite la lecture et donc son application dans les centres de contrôle technique automobile.

13 Recharge Gaz Vehicule

La nouvelle réglementation impose au contrôleur d'effectuer une formation complémentaire agréé gaz pour réaliser ses nouveaux contrôles gaz.

Source UTAC OTC

"pour réaliser les contrôles techniques sur les véhicules équipés d'un réservoir de gaz carburant, le contrôleur agréé doit, à compter du 1er janvier 2011, disposer d'une qualification spécifique délivrée par le réseau ou le centre non rattaché.

Cette qualification spécifique doit indiquer le numéro d'agrément préfectoral et doit être notifiée à l'organisme technique central.

 

Pourquoi le contrôle technique ?

 

L'évolution du parc automobile a conduit les différents pays à adopter des mesures de Sécurité routière pour limiter le nombre de tués et des blessés de la route.

Estimation du parc automobile mondial (VP+VU)

Au total le parc mondial dépasse les 900 millions de véhicules et avoisine très probablement le milliard avec en gros 700 millions de véhicules particuliers (VP) et près de 300 millions de véhicules utilitaires légers (VU).

Les chiffres pour la France donnent un parc à environ 38 millions de véhicules répartis en 30 millions de véhicules particuliers et 8 millions de véhicules utilitaires légers.

A partie des années 60, les ménages français se sont équipés en véhicule pendant la période les trente glorieuses. La progression constante du pouvoir d'achat des familles et la baisse du prix de vente des voitures ont facilité cette acquisition.

Tableau de l'évolution du parc automobile français

Tous les états ont entrepris une politique visant à réduire le nombre des victimes de la route.

 

En France, la Sécurité routière est devenue une priorité pour obtenir cet objectif.

 

 

  


 Le professeur L.G Norman (OMS) a établi qu'"un accident est rarement dû à une cause unique, il réside dans le comportement du complexe conducteur - milieu - véhicule au cours de quelques instants précédant l'accident".

Ces trois facteurs sont étroitement liés et tout accident a son origine dans la défaillance d'un seul ou de plusieurs de ces facteurs. Des études menées de par le monde ont tenté d'évaluer l'incidence de chacun de facteurs.

La formule de L.G NORMAN peut se schématiser:

 

Etat défectueux du véhicule

Les différents études disponibles ont démontré l'implication d'un état défectueux d'un véhicule comme
l'une des sources potentielles accidentogènes.

Des statistiques Nord américaine (National Mighway Trafic Safety Administration) et française (Prof SICARD) évaluent à 7% le nombre d'accident de la voie publique imputable à des vices techniques du véhicule.

En 2011 en France, sur les 17,99 millions de Visites Techniques Périodiques (VTP) VL, 3,83 millions soit 21,31% sont déclarées non-conformes (Contre-visite). En 2014, sur les 19,56 millions VTP, le taux de Contre-visite est 18,43 %.

Si les progrès techniques ont réduit le nombre d'accident imputable aux vices de fabrication et augmenté très notablement la sécurité des usagers des véhicules modernes, ils n'ont pas encore réussi à diminuer les vices imputables au vieillissement des organes.

Le taux de contre-visite (CV) augmente avec l'âge du véhicule: un véhicule de 4 ans à un taux de CV 4,38 %, un véhicule de 4 à 7 ans 8,87 %, un véhicule de 7 à 10 ans 15,31 %, un véhicule de + 10 ans 26,37 %.


 Les principaux pays ont mis en œuvre des dispositions réglementaires pour contraindre les propriétaires des véhicules à maintenir en état de rouler sur les voies publiques.

En France, le Code de la route précise l'obligation à son propriétaire de présenter son véhicule pour une inspection technique:

" Article R. 323-1. - Dispositions générales - Tout propriétaire d'un véhicule [..] n'est autorisé à le mettre ou le maintenir en circulation qu'après un contrôle technique ayant vérifié qu'il est en bon état de marche et en état satisfaisant d'entretien.

Le fait pour tout propriétaire de mettre ou maintenir en circulation un véhicule sans avoir satisfait aux obligations de contrôle technique fixées par le présent chapitre est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe."

Au niveau européen, la Directive européenne 2014/45/UE relative au contrôle technique périodique des véhicules à moteurs du 3 avril 2014 fixe les nouvelles exigences minimales. Extrait de la directive:

" Le contrôle peut aussi servir à vérifier si les pièces et composants de ce véhicule correspondent aux caractéristiques requises en matière de sécurité et d’environnement qui étaient en vigueur au moment de la réception ou, selon le cas, de l’adaptation".

On demande au contrôle de vérifier si le véhicule respecte les conditions techniques de l'homologation du véhicule par le constructeur et de mesurer les émanations des gaz par rapport aux normes environnementales.

Dans l’article 7 Appréciation des défaillances, il est mentionné:

" défaillances critiques constituant un danger direct et immédiat pour la sécurité routière ou ayant une incidence sur

l’environnement, justifiant qu’un État membre ou ses autorités compétentes puisse interdire l’utilisation du véhicule sur
la voie publique."

Dans l'article 9 Suivi des défaillances, il est précisé:

" cas de défaillances critiques, le contrôle est considéré comme ayant échoué. L’État membre ou l’autorité compétente peut décider que le véhicule en question ne peut plus circuler sur la voie publique et que l’autorisation de circuler doit être suspendue pendant une durée limitée, sans que cela n’entraîne une nouvelle procédure d’immatriculation,jusqu’à ce que les défaillances soient rectifiées et qu’un nouveau certificat de contrôle technique soit délivré, prouvant que le véhicule est en état de circuler."


 

La réception ou l'homologation de véhicule est une étape important de la sécurité routière. L'article R321-15 du Code de la Route précise:

« Avant sa mise en circulation […] tout véhicule à moteur […] doit faire l’objet d’une réception nationale effectuée soit par type à la demande du constructeur, soit à titre isolé à la demande du propriétaire ou de son représentant ».


La réception (ou homologation) est un acte administratif qui atteste de la conformité technique d’un véhicule au regard de la réglementation nationale. Elle constitue un préalable indispensable à l’obtention du certificat d’immatriculation auprès des préfectures.

Enfin, la Réception Communautaire Européenne (RCE) certifie la conformité vis à vis de la réglementation européenne.

Au niveau de la Sécurité routière, l'article R311-3 du Code de la Route précise:

" En cas d'infraction aux dispositions du présent titre, si le mauvais état du véhicule crée un danger important pour les autres usagers ou constitue une menace pour l'intégrité de la chaussée, l'immobilisation peut être prescrite dans les conditions prévues aux articles L. 325-1 à L. 325-3."

 

Le Permis à points

Le Code de la Route et la Sécurité Routière

La Sécurité Routière est un thème important et l'évolution du trafic automobile conduit les Pouvoirs publics à ajouter des nouvelles dispositions au Code de la Route. Par exemple, l'introduction du permis à points le 1er juillet 1992 (12 pour les conducteurs de + 3 ans de conduite et 6 pour les jeunes permis). Au niveau des jeunes adolescents, les jeunes nés après le 31 décembre 1987 doivent être titulaires de l'attestation scolaire de Sécurité routière (ASSR). Actuellement, le défaut de permis de conduire est sanctionné par 15.000 € d'amende et 1 an de prison .

En 2011, 85.000 conducteurs ont été contrôlés sans point sur leur permis de conduire.

Le nouveau permis de conduire est entré en vigueur depuis 2013 pour répondre à une directive européenne afin d'harmoniser ce document au niveau européen. Les titulaires de l'ancien permis doivent le changer avant 2033. Le nouveau permis est valable 15 ans. Le titulaire du permis demandera son renouvellement sans examen de conduite.

Le site de l'Association de la Prévention Routière est une mine d'infos ... il explique correctement les règles de fonctionnement du permis à points:

" Le permis de conduire est doté d'un capital maximal de 12 points.

Celui-ci est réduit lorsque le titulaire du permis a commis une infraction pour laquelle un retrait de points est prévu. Ce retrait de points dépend de la gravité de la faute. Il est signifié au conducteur par lettre simple. En revanche, lorsque le nombre de points n'est plus que de 6 ou moins, le titulaire reçoit une lettre recommandée l'avertissant de sa situation et de la possibilité d'effectuer un stage lui permettant de récupérer 4 points maximum.

Le retrait de points est une mesure administrative qui intervient de façon automatique lorsque la réalité de l'infraction est établie :

soit par une condamnation définitive,

soit par le paiement d'une amende forfaitaire,

soit par le non-paiement de l'amende forfaitaire dans les délais,

soit par l'exécution d'une composition pénale."

Le Ministère de l'Intérieur a lancé le 2 juillet 2007, la consultation en ligne de son nombre de points du permis de conduire. Il existe un lien qui permet de connaître l'adresse de votre préfecture de résidence.

Si vous êtes titulaire du permis de conduire depuis novembre 2013, votre code de consultation a été joint à l'envoi de votre permis.

 Il y a un lien vers le service de Télépoints en ligne pour consulter le Fichier National des Permis de Conduire (FNPC).

En particulier, l'Association de la Prévention Routière résume la conduite à adopter lorsque l'on perd tous ses points: "En cas de perte des douze points, mon permis de conduire est invalidé : informé par lettre recommandée, je dois obligatoirement remettre mon permis à la préfecture dans un délai d'une semaine. Le conducteur perd le droit de conduire un véhicule et ne peut solliciter un nouveau permis avant l'expiration d'un délai de six mois. Il peut cependant entreprendre les démarches pour repasser son permis dès le cinquième mois après l'invalidation du permis."

Il est de plus en plus courant de recourir à un stage agréé de formation "sensibilisation routière" afin de récupérer 4 points maxi sur le permis. Le coût est d'environ 240 € pour une durée de 2 jours.

Attention, à la réception de la lettre recommandée vous informant du retrait de points, vous avez un délai maxi de 4 mois pour obtenir l'attestation de stage. Il est facultatif si vous avez perdu - 3 points sinon il est obligatoire. Cette démarche est individuelle, c'est à dire que le conducteur doit rechercher un stage agréé dans la liste tenue en Préfecture, et vous devez vous inscrire pour une session.

A défaut de présenter cette attestation, le conducteur risque des poursuites judiciaires avec à la clé une amende de 135 € et une suspension immédiate du permis de conduire.

La Justice par l'intermédiaire d'un Procureur de la République ou un Juge peut décider de contraindre un conducteur ayant commis une infraction grave au Code de la Route ou suite à un accident corporel de suivre un stage alternatif aux peines judiciaires ou un stage en peine complémentaire.

On peut trouver la liste des organismes agréés en préfecture ou sur des sites comme La Centrale. On peut très rapidement via une carte de France et une carte régionale consulter une liste avec les e-mails .... Mais les principaux organismes comme Urgence Permis et le Réseau Points Permis mettent en ligne directement les dates et le lieu des stages organisés chez eux en France. La Prévention Routière dispose d'un réseau environ 110 centres en France pour dispenser ces stages.

 

La conduite avec un taux d'alcoolémie compris entre 0,5 gr et 0,8 gr/litre de sang est sanctionnée par une contravention de 750 € maxi et d'un retrait de 6 points du permis. Si le conducteur dépasse les 0,80 gr/litre de sang, il risque de perdre 6 points de son permis, 4.500 € d'amende et 2 ans de prison.

Le taux d’alcool autorisé est 0,2 g/l pour tous les permis probatoires. La réglementation s’applique à tous les jeunes conducteurs pendant :


  • 3 ans après l’obtention du permis, la perte de 12 points ou l'annulation de son permis
  • 
2 ans si le permis a été obtenu dans le cadre de la conduite accompagnée.

Quelles sont les sanctions ?

Les jeunes conducteurs contrôlés avec un taux d’alcoolémie supérieur ou égal à 0,2 g/l encourent :


  • un retrait de 6 points sur leur permis.
  • une amende forfaitaire de 135 €.
  • une immobilisation du véhicule.

La conduite sous l'influence de la drogue est passible de 4.500 € d'amende et de 2 ans de prison.

Extrait de la rubrique "Suspension à la suite d'une infraction":

Lorsque les forces de l'ordre constatent une infraction qui peut être sanctionnée par une suspension administrative du permis de conduire, elles transmettent une copie du procès-verbal au préfet, ou au sous-préfet ; elles peuvent préalablement avoir procédé, ou non, à la rétention du permis.

Infractions entraînant la suspension

Le préfet ou le sous-préfet, qui reçoit des forces de l'ordre la copie d'un procès-verbal d'une infraction entraînant la suspension du permis, peut prendre, à titre provisoire, un arrêté de suspension du permis de conduire.

Les infractions entraînant une suspension administrative du permis de conduire avec ou sans rétention préalable sont les suivantes :

  • conduite sous l'emprise de l'alcool constatée par un appareil homologué ou une analyse sanguine,
  • refus de se soumettre aux vérifications concernant l'état d'alcoolémie,
  • conduite sous l'emprise de stupéfiants constatée par des examens médicaux, cliniques et biologiques,
  • refus de se soumettre aux vérifications concernant l'usage de stupéfiants,
  • excès de vitesse de 40 km/heure ou plus établi au moyen d'un appareil homologué avec interception du véhicule.

Durée de la suspension

De façon générale, la durée maximale de la suspension est de 6 mois.

Elle peut cependant être portée à 1 an en cas :

  • d'atteinte involontaire à la vie ou à l'intégrité de la personne susceptible d'entraîner une incapacité totale de travail (exemple : accident causé par le conducteur entraînant la mort d'un tiers ou des blessures),
  • de conduite en état d'ivresse ou sous l'emprise de l'alcool,
  • de délit de fuite.

La durée de la suspension commence alors le jour où le conducteur remet son permis à la préfecture.

Mise en application de la suspension

Si la suspension survient dans le délai de 72 heures qui suit une rétention, l'arrêté est notifié au conducteur lorsqu'il se rend auprès du service indiqué sur l'avis de rétention. Dans ce cas, son permis est conservé par les forces de l'ordre qui le transmettent ensuite à la préfecture ou à la sous-préfecture.

Si la suspension administrative n'est pas précédée de rétention par les forces de l'ordre, l'arrêté est notifié par courrier en recommandé avec accusé de réception ou par les forces de l'ordre.

Si le département où l'infraction a été commise n'est pas le département de résidence du conducteur, le préfet ou le sous-préfet envoie le permis de conduire à la préfecture du lieu de résidence du conducteur.

En cas de suspension administrative du permis de conduire, il ne peut pas y avoir d'aménagement de la mesure : il n'y a pas de "permis blanc".

Le non respect d'une mesure de suspension est passible d'une peine d'emprisonnement de 2 ans, d'une amende de 4 500 € et d'une mesure de confiscation de son véhicule.

Lorsqu'une décision de justice intervient avant la fin de la période de suspension administrative, elle se substitue automatiquement à la décision administrative.

 

Si vous avez un problème d'Assurance automobile à la suite d'un retrait de permis, ... il existe des compagnies d'assurance qui ont développé des filiales spécialisées comme BNR, filiale du groupe APRIL.

 

a+

Le contrôle des véhicules VP & VU

Le contrôle technique automobile est une activité réglementée. Une directive européenne fixe les objectifs à atteindre au niveau des 28 pays membres en matière de la Sécurité routière & de l'environnement.

Notre reportage photographique a pour but de vous montrer la réalité professionnelle en situation d'un contrôleur VL (véhicules légers VP & VU jusqu'à 3,5 t) sur la chaîne de contrôle.

La 1ère étape est l'accueil de la clientèle. Le contrôleur doit accueillir et répondre aux questions de son client. Il demande le certificat d'immatriculation (CI) et il vérifie la pertinence du contrôle réglementaire à effectuer par rapport au timbre CI, .... et il accompagne son client à la salle d'attente.

La 2e étape consiste à saisir le certificat d'immatriculation (CI) et  la facturation sur le logiciel de contrôle technique.

16 PC Logiciel Adelsoft Saisie 1

Depuis quelques années, tous les contrôles réglementaires sont centralisés sur un serveur central SIV à l'OTC. En conséquence, le contrôleur doit interroger ce serveur SIV pour réceptionner les informations du véhicule à contrôler. Après cette étape, le contrôleur vérifie toutes les informations réceptionnées par rapport au CI présenté. Si le véhicule n'existe pas au fichier de l'OTC, le contrôleur saisie toutes les informations inscrites sur le CI.

16 PC Logiciel Adelsoft

Il prépare la facturation de son client soit un particulier soit un client en compte (garagistes, vendeurs VO, sociétés, mairie, ..)

16 PC Logiciel Adelsoft Saisie

Après cette partie administrative, il transmet aux différents bancs de mesures et au TSP les informations saisies sur le logiciel (Numéro d'immatriculation, .).

16 Liaisons PC Chaine CT

La 3e étape consiste à réaliser le contrôle réglementaire (la visite périodique VP, la contre-visite CV, la visite complémentaire pollution VCP) sur la chaîne de contrôle.

Remarques: la méthodologie à mettre en oeuvre est fixée par les SR/V. La réalisation d'un contrôle a été fractionnée en 10 fonctions (F0: Identification, F1: Freinage, F2: Système de direction, F3: Visibilité, F4: Eclairage & Signalisation, F5: Equipements de liaison au sol, F6: Structure & Carrosserie, F7: Equipements, F8: Organes mécaniques, F9: Pollution & Niveau sonore).

 Lors de la réalisation d'une visite périodique (VP), le contrôleur doit inspecter le véhicule en mettant en œuvre l'ensemble des SR/V pour effectuer un contrôle réglementaire. Le contrôle se fait sans démontage à l'exception de la dépose d'éléments permettant l'accès au numéro de frappe à froid, à la prise EOBD, ...

La notation des défauts par le contrôleur doit être conforme à l'annexe 1 de l'arrêté ministériel (AM) du 18 juin modifié. En particulier, le contrôleur ne doit mentionner que les défauts précisés dans la partie B de l'annexe 1.

En pratique, la chronologie des inspections par fonction se fait en fonction de l'implantation des équipements du centre. La 1ère étape est l'identification.

16 Zone 0 Identification TSP

Le contrôleur doit noter des informations (numéro d'immatriculation AV et AR, kilométrage, le numéro de froid à froid sur le châssis, ..) sur le TSP.

Dans la zone de travail de l'identification, le contrôleur réalise plusieurs inspections qui concernent plusieurs fonctions comme la liaison au sol avec les pneumatiques, les équipements avec les ceintures de sécurité, ..

En fonction de l'inspection à réaliser, le contrôleur peut utiliser un outillage approprié pour vérifier l'état d'un organe mécanique sans démontage.

16 Zone 0 Identification Moteur

16 Zone 0 Identification Moteur 2

16 Zone 0 Identification Moteur 1

16 Zone 0 Identification Moteur Suspension

Si le contrôleur constate un défaut inscrit dans le lexique (partie B de l'annexe 1), il doit le mentionner sur le TSP. Ce défaut peut entraîner une contre-visite si dans le lexique il est spécifié avec contre-visite. La conséquence pour le client est de faire réparer le point défectueux dans un délai de 2 mois.

16 Zone 0 Identification Moteur TSP

16 Zone 0 Identification Controle

16 Zone 0 Identification Ceinture 16 Zone 0 Identification Malle AR

16 Zone 0 Identification Porte

16 Zone 0 Identification Capot Moteur

16 Zone 0 Identification Bouchon reservoir

Au niveau de la pression des pneumatiques, le contrôleur peut utiliser un tableau de données pour connaître la pression indiquée par le constructeur du véhicule.

16 Zone 0 Identification Pneus 1

16 Zone 0 Identification Pneus 2

16 Zone 0 Identification Pneus TSP

16 Zone 0 Identification Pneus Serrage

A tout moment, le contrôleur peut vérifier l’exactitude de la méthodologie à employer et la notation d'un défaut en utilisant soit le TSP, soit le PC du centre où il y a un accès à l'intranet du réseau de contrôle pour consulter le système qualité en vigueur.

Le contrôleur a terminé la zone d'identification. Il positionne le véhicule sur la zone du banc de freinage/suspension/pesée à l'aide de la signalétique au sol et de mirroir.

Le véhicule doit être parfaitement aligné pour effectuer un contrôle conforme à la SR/V. Si le véhicule est de travers, les mesures effectuées sont faussées. Le contrôleur risque de sortir la voiture des plaques de mesures du banc et peut-être endommager un pneu sur le flanc.

 Dans notre implantation, le passage aux bancs de freinage/suspension/pesée est la 2e étape. Le contrôleur prend la télécommande du banc et il sélectionne l'immatricultion de son véhicule.

16 Zone 1 Freinage

Le contrôleur est remonté dans le véhicule et il utilise la télécommande pour lancer le déroulement des contrôles à la pesée, au freinage et aux suspensions. L'enchainement des contrôles est réalisé par le programme du banc.

Le contrôleur suit les indications affichées sur l'écran du banc. Si il veut s'assurer d'une mesure, il peut revenir sur une partie du contrôle. Le contrôleur expérimenté va s'assurer d'une mesure si les valeurs indiquées à l'écran sont limites pour un point à contre-visite.

Il est important que le contrôleur étudie les valeurs (chiffrées ou graphiques) pour appréhender les points à approfondir lors de l'inspection visuelle du véhicule.

16 Zone 1 Freinage 1

16 Zone 1 Freinage 3

16 Zone 1 Freinage 4

16 Zone 1 Freinage 5

16 Zone 1 Freinage 6

16 Zone 1 Freinage 7

16 Zone 1 Freinage 8

16 Zone 1 Freinage 9

16 Zone 1 Freinage 91

16 Zone 1 Freinage 92

Le contrôleur doit appliquer la bonne méthodologie indiquée soit dans la SR/V soit dans une note technique constructeur en fonction des spécificités du véhicule comme le frein à main électrique, une transmission 4x4, véhicules anciens, ...

16 Zone 1 Freinage 95 Frein electrique

16 Zone 1 Freinage 95 Frein electrique 2

La zone est terminée, le contrôleur avance le véhicule et le positionne en suivant le marquage au sol et les miroirs sur la zone du contrôle de l'éclairage et de la signalisation. Il a une distance à respecter entre le réglophare et les feux du véhicule.

Le contrôleur va chercher l'appareil et il le règle avant de commencer les mesures sur les feux AV.

16 Zone 4 Eclairage 0

Le contrôleur commence ses mesures en suivant la méthodologie de la SR/V. Il utilise les fonctions du logiciel pour valider les mesures effectuées.

 16 Zone 4 Eclairage 3

16 Zone 4 Eclairage 5

16 Zone 4 Eclairage 6

16 Zone 4 Eclairage 7

16 Zone 4 Eclairage 8

16 Zone 4 Eclairage 9

Le contrôleur positionne le réglophare pour contrôler les feux antibrouillards.

16 Zone 4 Eclairage 92 

16 Zone 4 Eclairage 93

Au niveau des autres feux, le contrôleur utilise les miroirs pour vérifier le bon fonctionnement de chaque feu AR.

A la fin de l'inspection, le contrôleur visualise le résultat sur l'écran de l'appareil.

16 Zone 4 Eclairage 94

A la fin de ce contrôle, le contrôleur va monter le véhicule sur le pont élévateur de la zone du contrôle visuel.

16 Zone 8 Organes Meca Pont

Le contrôle visuel est très important. Le contrôleur doit avoir des bonnes connaissances en Automobile afin de bien repérer les organes mécaniques et les éléments de carrosserie en fonction des modèles et des constructeurs.

Par exemple, si au niveau du freinage, il y a eu un problème décelé sur le banc, le contrôleur va approfondir son inspection pour essayer de cerner l'origine du dysfonctionnement.

16 Zone 8 Organes Meca Pont 2

16 Zone 8 Organes Meca Pont 3

16 Zone 8 Organes Meca Pont 4

16 Zone 8 Organes Meca Pont 8

L'avantage de passer d'abord sur le pont et de déceler un trou sur une ligne d'échappement ce qui empêche de réaliser le contrôle de la pollution sur le banc de mesure.

16 Zone 8 Organes Meca Pont 5

Le contrôleur inspecte les flexibles de frein, ... pour déceler une détérioration de la fonction.

16 Zone 8 Organes Meca Pont 7

Après le contrôle visuel, on termine par la zone de pollution. Le contrôleur met en position le véhicule par rapport au banc de mesures (analyseur des gaz et opacimètre). Il sélectionne le numéro d'immatriculation et il lance le début de la procédure de contrôle par rapport à l'énergie (Essence, Diesel, ..).

16 Zone 9 Pollution

Sur les voitures récentes, il faut réaliser le contrôle OBD avec un appareil spécifique. Le contrôleur lance le système sur le banc de mesures afin de faire reconnaître le protocole du véhicule.

16 Zone 9 Pollution OBD

16 Zone 9 Pollution OBD 1

16 Zone 9 Pollution 1

16 Zone 9 Pollution 2

m

16 Zone 9 Pollution 3

Après l'OBD, le contrôleur lance la procédure du contrôle de la pollution en fonction de l'énergie du véhicule (Essence: Analyseur de gaz, Diesel: Opacimètre). Le contrôleur suit les informations inscrites sur l'écran. Il doit respecter la procédure de la SR/V de la fonction F9.

16 Zone 9 Pollution 4

16 Zone 9 Pollution 5

16 Zone 9 Pollution 6

m

16 Zone 9 Pollution 7

A la fin des tests, le bilan s'affiche à l'écran.

16 Zone 9 Pollution 8 Ticket

Le contrôleur vient de terminer sur la chaine de contrôle. Il va procéder à une visualisation des défauts saisis sur le TSP, puis il va valider son contrôle. Il revient sur le PC du bureau et il réceptionne toutes les informations des bancs de mesures et du TSP.

16 Liaisons PC Chaine CT

Après la réception des valeurs des bancs et des défauts saisis sur le TSP sur le logiciel de contrôle technique, le contrôleur visualise son procès-verbal (PV) puis il imprime le PV et la facture.

16 PC Logiciel Adelsoft Saisie 1

Le contrôleur signe son PV et il commente à son client le contenu de son rapport de contrôle. Son explication est centré sur l'aspect sécuritaire du véhicule par rapport au Code de la Route en vigueur. Il doit répondre aux questions de son client en fonction de ses compétences professionnelles et réglementaires.

Il encaisse le montant de la prestation de service réglementaire.

En fonction du résultat (favorable, CV), le contrôleur met le timbre sur le CI et la vignette sur le pare-brise du véhicule en raccompagnant le client à sa voiture.

Formation au contrôle des véhicules Anciens

L'Arrêté du 14 octobre 2009 a imposé le contrôle technique des véhicules de collection en France. L'arrêté n'a pas imposé aux contrôleurs techniques une nouvelle formation afin de se spécialiser dans le contrôle technique des véhicules de collection. Cependant, les Réseaux avaient déjà mis en place un module de formation spécifique pour mieux appréhender le contrôle d'un véhicule ancien.

10JODecretCTVoitureCollection

Nous proposons cette nouvelle formation afin de préparer le contrôleur aux exigences réglementaires du contrôle des véhicules de collection et des véhicules anciens (+ 30 ans).

13 Citroen B12  1926 Pont AV

13 Citroen DS Pallas

Au cours du module, la réglementation spécifique aux véhicules de collection et aux véhicules anciens (avant 1960) ainsi que les instructions techniques (SR/V/FH-1B et SR/V044B) sont étudiées.

13Schema Fonctions H

Au niveau méthodologie,la technologie employée au niveau du freinage doit tenir compte de l'âge du véhicule. Les voitures les plus anciennes équipées de frein à câble exigent seulement un contrôle visuel du fonctionnement du mécanisme de freinage.

11 Vehicule 1900 Frein a cable 2

 Au niveau des exigences européennes, le contrôleur doit tenir compte de la technologie appliquée sur le véhicule ancien en tenant compte de l'avancée technologique de l'époque. Au début de l’ère de l'Automobile, si le véhicule dépassait le 30km/h s'était déjà un exploit.

13 Evolutions technologiques Voitures

on pratique l'usage du freinomètre sur piste pour les anciennes voitures. Cependant, il faut atteindre la vitesse de 50 km/h pour réaliser la mesure.

12Essai freinomètre

12Essai freinomètre Musee Rochetaillee1

Un partenariat pédagogique avec le Musée de l'Automobile Henri Malartre de Rochetaillée sur Saône, permet aux stagiaires d'assister à un cours "pratique" sur site par le Directeur technique, un véritable passionné de voitures anciennes. Les stagiaires ont eu le privilège d'utiliser le freinomètre sur la piste du Musée ...... un grand moment d'émotion !!!

12Essai freinomètre Musee Rochetaillee2

Au niveau des roues, au début de l'Automobile, les jantes sont fabriquées en bois, puis les frères Michelin imposent le pneu ....

12Roue Bois

12RoueBois1

Les fixations du capot moteur doivent être contrôlées, il y a un certain nombre de montages propre à chaque constructeur.

12Attaches Capot

Les voitures de collection et les voitures anciennes exigent de prendre des précautions de maniement des ouvertures..... Les propriétaires de ces véhicules veulent être rassurés sur le maniement de leur véhicule.

On vous recommande la visite de la Cité de l'Automobile à Mulhouse, le plus grand musée automobile au monde.

15 Cite Automobile Entree 1

15 Cite Automobile CollectionSchlumpf 95

a+

Formation agréée Contrôleur VL 900 Heures

 

Le métier réglementé de contrôleur technique des véhicules légers (jusqu'à 3,5 tonnes) était réservé aux personnes ayant déjà une formation technique de la Maintenance Automobile. Cette exigence réglementaire a été assouplie au 1/01/2011 si la personne possède un diplôme de niveau IV (Bac professionnel, ...) de certaines filières professionnelles.

Cependant, au niveau V de formation, les exigences sont restées identiques à l'ancienne réglementation de l'Arrêté Ministèriel du 18 juin 1991(AM) modifié:

" Un diplôme de niveau V (CAP, BEP) du ministère de l'éducation nationale dans une discipline de l'automobile : mécanique automobile (quelle que soit l'option complémentaire), carrosserie, tôlerie, électricité automobile, maintenance automobile et une formation spécialisée complémentaire dans le contrôle technique automobile d'une durée d'au moins 900 heures."

L'Equipe pédagogique de la section de Contrôle Technique Automobile de l'Ecole Georges Guynemer entretient des liens étroits avec la profession à travers deux partenariats avec le groupe SGS (Sécuritest et AutoSécurité) leader du contrôle technique en France et le Réseau DEKRA. Les professionnels de l'Automobile et le CNPA interviennent auprès de nos stagiaires.

 

 Le contenu pédagogique répond aux exigences réglementaires et à l'évolution professionnelle du contrôle technique VL en France. Il est agréé par la Commission du Ministère des Transports.

Notre programme de formation s'articule autour d'un enseignement de la pratique professionnelle d'un contrôleur et d'un enseignement théorique où le stagiaire doit apprendre la réglementation en vigueur, l'évolution technologique des véhicules, le système Qualité avec la maîtrise des procédures, l'Informatique et la relation avec la clientèle.

Il est très important que le stagiaire maîtrise l'ensemble des contenus des modules de formation afin d'être le plus "opérationnel" possible afin de s'assurer un placement rapide sur le marché du travail du contrôle technique automobile vl.

Actuellement, notre taux d'insertion professionnelle se situe entre 80 et 100 % en fonction de la mobilité géographique des formés.

Les centres de contrôle technique sont des petites entreprises (1 à 3 salariés). En conséquence, le contrôleur doit être en capacité de travailler en autonomie et parfois de remplacer le chef de centre lors de ses absences.

La chaîne de contrôle

L'atelier pédagogique est équipé de la nouvelle chaîne Actia Muller OTC LAN (2015), tout l'équipement de la chaîne est renouvellé en fonction de l'évolution réglementaire. Par exemple, il a fallu remplacer tout l'équipement (le réglophare, le banc de freinage, pesée, suspension et l'analyseur de gaz et l'opacimètre) pour être conforme de la nouvelle exigence (2016) de relier les bancs de mesures informatisés au PC du centre par la liaison OTC LAN.

Notre chaîne est organisée en zone de contrôle comme dans un vrai centre. Le stagiaire apprendre avec rigueur la méthodologie de contrôle à mettre en oeuvre dans chaque zone.

L'ensemble des 10 fonctions du lexique est contrôlé à travers 5 zones. Il est installé des moyens de consultation des SR/V (méthodologie de contrôle) et du site de l'UTAC - OTC à proximité.

Lorsque le stagiaire doit traiter "une non-conformité" réglementaire, il utilise les classeurs (en ligne et physique) du système Qualité SGS. Au cours de sa formation, le stagiaire apprend les principales procédures à mettre en oeuvre et à traiter les non-conformités relevées. Il renseigne en ligne les imprimés qualité du centre, puis il réalise l'ensemble des démarchés pour traiter la non-conformité relevée.

 Une formation individualisée en informatique permet à chaque stagiaire la maîtrise de l'outil informatique. La réception des données de l'OTC, la saisie du certificat d'immatriculation, la saisie des informations liées à la facturation, la transmission des éléments d'identification du véhicule aux bancs de mesure, ... la réception des données au PC, le contrôle du futur PV de contrôle, l'édition du proces verbal (PV) et de la facture, .. sont des tâches quotidiennes du contrôleur.

Si le contrôleur veut s'assurer d'une information réglementaire ou technique, il va consulter les différentes sources d'information (intranet du Réseau, site de l'OTC, ...). Il réalise toutes les transmissions réglementaires entre le PC et les différents appareils de mesure de la chaîne de contrôle (bancs de freinage-suspension, pollution, réglephare, .. et TSP).

Le stagiaire a toujours accès à la bibliothèque du système Qualité, il peut aussi consulter les SR/V en vigueur ainsi que le lexique où sont indiqués les altérations à noter du Code de la Route.

La salle de cours est équipée de + 12 PC. Chaque PC est équipé du logiciel Adelsoft du Réseau SGS (AutoSécurité & Sécuristest) et Aurore du Réseau DEKRA  pour apprendre la maîtrise des logiciels de contrôle.

Notre salle de formation est équipée d'un vidéo-projecteur. Cet outil pédagogique permet une présentation plus dynamique des contenus de la formation.

Les cours de la Réglementation, du Lexique (phrasier du contrôle) - SR/V, de la Technologie automobile, de la Communication sont présentés sous PowerPoint.

Période en entreprise

6 à 8 semaines en entreprise permettent au stagiaire de mettre en pratique ses acquis, de développer ses compétences et de s'intégrer au sein de l'entreprise. Ces périodes font partie intégrante de la formation et du diplôme et constituent ainsi un vecteur essentiel de l'insertion professionnelle.

L'équipe pédagogique assure un suivi sur le terrain pour suivre l'évolution professionnelle en vue atteindre les objectifs de la formation.

Evolution réglementaire de la Directive européenne 2014/45/UE relative au contrôle technique périodique des véhicules à moteurs du 3 avril 2014 fixe les nouvelles exigences minimales des compétences des inspecteurs dans l'annexe IV:

1. Compétences

Avant d’autoriser un candidat inspecteur à effectuer des contrôles techniques périodiques, les États membres ou les autorités compétentes vérifient que cette personne:

a) dispose de connaissances certifiées en matière de véhicules routiers dans les domaines suivants:

— mécanique,

— dynamique,

— dynamique des véhicules,

— moteurs à combustion,

— matériaux et transformation des matériaux,

— électronique,

— électricité,

— composants électroniques des véhicules,

— applications informatiques;

b) dispose d’au moins trois ans d’expérience attestée ou d’un niveau équivalent tel qu’un mentorat ou un niveau d’études attestés et d’une formation appropriée dans le domaine des véhicules routiers définis ci-dessus.

2. Formation initiale et continue

Les États membres ou les autorités compétentes n’autorisent les inspecteurs à effectuer des contrôles techniques qu’après que ceux-ci ont suivi une formation initiale et continue appropriée ou réussi un examen approprié, portant sur des aspects théoriques et pratiques.

La formation initiale et continue ou l’examen approprié porte au moins sur les points suivants:

  1. Formation initiale ou examen approprié

La formation initiale assurée par l’État membre ou par un centre de formation autorisé par l’État membre porte au moins sur les points suivants:

i) technique automobile:

- systèmes de freinage,

— systèmes de direction,

— champs de vision,

— installations et équipements d’éclairage, composants électroniques,

— essieux, roues et pneumatiques,

— châssis et carrosserie,

— nuisances et émissions,

— exigences supplémentaires pour les véhicules spéciaux;

ii) méthodes d’essai;

iii) appréciation des défaillances;

iv) exigences légales applicables concernant l’état des véhicules en vue de leur réception;

v) exigences légales applicables concernant le contrôle technique;

vi) dispositions administratives relatives à la réception, à l’immatriculation et au contrôle technique des véhicules;

vii) applications informatiques relatives au contrôle et à l’administration.

Chaque état membre doit la mettre en œuvre au plus tard en 2018.

Extrait de la directive article 13 Inspecteurs:

" Les inspecteurs employés ou autorisés par les autorités compétentes des États membres ou par un centre de contrôle au 20 mai 2018 sont exemptés des exigences établies à l’annexe IV, point 1"

Débouché et Evolution professionnelle:
Contrôleur(se) technique en automobile.

Evolution professionnelle :
Le (la) contrôleur(se) technique automobile peut s'orienter vers des postes à responsabilité : chef de ligne, chef de centre et Exploitant

Nota: sa progression professionnelle est fonction de sa mobilité géographique, de son investissement personnel dans les connaissances du contrôle technique et de sa capacité à assumer les responsabilités de la fonction visée.

ECOLE GEORGES GUYNEMER

Section Contrôle Technique Automobile

37 rue Challemel Lacour

69007 Lyon

Formation agréée Contrôleur VL 450 Heures

Le métier réglementé de contrôleur technique des véhicules légers (jusqu'à 3,5 tonnes) était réservé aux personnes ayant déjà une formation technique de la Maintenance Automobile. Cette exigence réglementaire a été assouplie au 1/01/2011 si la personne possède un diplôme de niveau IV (Bac professionnel, ...) de certaines filières professionnelles. Cependant, au niveau V de formation, les exigences sont restées identiques à l'ancienne réglementation de l'Arrêté Ministèriel du 18 juin 1991(AM) modifié:

" Un diplôme de niveau IV, au minimum, du ministère de l'éducation nationale dans une discipline de l'automobile (mécanique ou maintenance automobile, carrosserie, tôlerie, électricité automobile) ou un des secteurs de l'industrie automobile, de la mécanique, de la productique, de l'automatisme électronique, de l'électromécanique ou de la maintenance aéronautique, et une formation complémentaire au contrôle technique d'une durée minimale de 175 heures (210h avec le module véhicule électrique).

 - Un diplôme de niveau V du ministère de l'éducation nationale dans une discipline de l'automobile : mécanique automobile (quelle que soit l'option complémentaire), carrosserie, tôlerie, électricité automobile, avec au moins vingt-quatre mois d'expérience effective dans la réparation ou la maintenance automobile (mécanique automobile, carrosserie, tôlerie, électricité automobile) et une formation spécialisée complémentaire dans le contrôle technique automobile d'une durée minimale de 175 heures.

  - Une expérience d'au moins cinq ans dans la réparation automobile (mécanique automobile, carrosserie, tôlerie, électricité automobile) et une formation spécialisée complémentaire dans le contrôle technique automobile d'une durée minimale de 175 heures. "

L'évolution du contenu du poste de contrôleur technique automobile VL et le fait que 61 % des centres de contrôle VL n'ont qu'un contrôleur agréé nous ont conduit à augmenter le temps de formation de 175 h mini de la réglementation à 450 heures.

L'Equipe pédagogique de la section de Contrôle Technique Automobile de l'Ecole Georges Guynemer entretient des liens étroits avec la profession à travers deux partenariats avec le groupe SGS (Sécuritest et AutoSécurité) leader du contrôle technique en France, et le Réseau DEKRA. Les professionnels de l'Automobile et le CNPA interviennent auprès de nos stagiaires.

 

16 Logos Partenaires CNPA Dekra SGS

 

Le contenu pédagogique répond aux exigences réglementaires et à l'évolution professionnelle du contrôle technique VL en France. Il est agréé par la Commission du Ministère des Transports.

 

16 Nouvelle Chaine Pedagogique

 

Notre programme de formation s'articule autour d'un enseignement de la pratique professionnelle d'un contrôleur et d'un enseignement théorique où le stagiaire doit apprendre la réglementation en vigueur, l'évolution technologique des véhicules, le système Qualité avec la maîtrise des procédures, l'Informatique et la relation avec la clientèle.

 

Il est très important que le stagiaire maîtrise l'ensemble des contenus des modules de formation afin d'être le plus "opérationnel" possible afin de s'assurer un placement rapide sur le marché du travail du contrôle technique automobile vl.

Actuellement, notre taux d'insertion professionnelle se situe entre 80 et 100 % en fonction de la mobilité géographique des formés.

Les centres de contrôle technique sont des petites entreprises (1 à 3 salariés). En conséquence, le contrôleur doit être en capacité de travailler en autonomie et parfois de remplacer le chef de centre lors de ses absences.

 La chaîne de contrôle

L'atelier pédagogique est équipé de la nouvelle chaîne Actia Muller OTC LAN (2015), tout l'équipement de la chaîne est renouvellé en fonction de l'évolution réglementaire. Par exemple, il a fallu remplacer tout l'équipement (le réglophare, le banc de freinage, pesée, suspension et l'analyseur de gaz et l'opacimètre) pour être conforme de la nouvelle exigence (2016) de relier les bancs de mesures informatisés au PC du centre par la liaison OTC LAN

16 Nouvelle Chaine CT

Notre chaîne est organisée en zone de contrôle comme dans un vrai centre. Le stagiaire apprendre avec rigueur la méthodologie de contrôle à mettre en oeuvre dans chaque zone.

L'ensemble des 10 fonctions du lexique est contrôlé à travers 5 zones. Il est installé des moyens de consultation des SR/V (méthodologie de contrôle) et du site de l'UTAC - OTC à proximité.

Lorsque le stagiaire doit traiter "une non-conformité" réglementaire, il utilise les classeurs (en ligne et physique) du système Qualité SGS. Au cours de sa formation, le stagiaire apprend les principales procédures à mettre en oeuvre et à traiter les non-conformités relevées. Il renseigne en ligne les imprimés qualité du centre, puis il réalise l'ensemble des démarchés pour traiter la non-conformité relevée.

12 Biblio Qualite Audits 12 Classeur Materiel Administratif Centre Controleurs 12 Biblio Qualite Classeur 1 Documentation Sommaire

Une formation individualisée en informatique permet à chaque stagiaire la maîtrise de l'outil informatique. La réception des données de l'OTC, la saisie du certificat d'immatriculation, la saisie des informations liées à la facturation, la transmission des éléments d'identification du véhicule aux bancs de mesure, ... la réception des données au PC, le contrôle du futur PV de contrôle, l'édition du proces verbal (PV) et de la facture, .. sont des tâches quotidiennes du contrôleur.

12SchemaLiaisonPCReseauOTC TSP

Si le contrôleur veut s'assurer d'une information réglementaire ou technique, il va consulter les différentes sources d'information (intranet du Réseau, site de l'OTC, ...). Il réalise toutes les transmissions réglementaires entre le PC et les différents appareils de mesure de la chaîne de contrôle (bancs de freinage-suspension, pollution, réglephare, .. et TSP).

16 Liaisons PC Chaine CT

Le stagiaire a toujours accès à la bibliothèque du système Qualité, il peut aussi consulter les SR/V en vigueur ainsi que le lexique où sont indiqués les altérations à noter du Code de la Route.

La salle de cours est équipée de + 12 PC. Chaque PC est équipé du logiciel Adelsoft du Réseau SGS et Aurore du Réseau DEKRA pour apprendre la maîtrise des logiciels de contrôle.

12Salle Cours CT

Notre salle de formation est équipée d'un vidéo-projecteur. Cet outil pédagogique permet une présentation plus dynamique des contenus de la formation.

Les cours de la Réglementation, du Lexique (phrasier du contrôle) - SR/V, de la Technologie automobile, de la Communication sont présentés sous PowerPoint.

Période en entreprise

4 semaines en entreprise permettent au stagiaire de mettre en pratique ses acquis, de développer ses compétences et de s’intégrer au sein de l’entreprise. Ces périodes font partie intégrante de la formation et du diplôme et constituent ainsi un vecteur essentiel de l’insertion professionnelle.

10 Centre Degrelle Haute Savoie Info Accueil 10 Centre Degrelle Haute Savoie SGS Externe

L'équipe pédagogique assure un suivi sur le terrain pour suivre l'évolution professionnelle en vue atteindre les objectifs de la formation.

Evolution réglementaire de la Directive européenne 2014/45/UE relative au contrôle technique périodique des véhicules à moteurs du 3 avril 2014 fixe les nouvelles exigences minimales des compétences des inspecteurs dans l'annexe IV:

1. Compétences

Avant d’autoriser un candidat inspecteur à effectuer des contrôles techniques périodiques, les États membres ou les autorités compétentes vérifient que cette personne:

a) dispose de connaissances certifiées en matière de véhicules routiers dans les domaines suivants:

— mécanique,

— dynamique,

— dynamique des véhicules,

— moteurs à combustion,

— matériaux et transformation des matériaux,

— électronique,

— électricité,

— composants électroniques des véhicules,

— applications informatiques;

b) dispose d’au moins trois ans d’expérience attestée ou d’un niveau équivalent tel qu’un mentorat ou un niveau d’études attestés et d’une formation appropriée dans le domaine des véhicules routiers définis ci-dessus.

2. Formation initiale et continue

Les États membres ou les autorités compétentes n’autorisent les inspecteurs à effectuer des contrôles techniques qu’après que ceux-ci ont suivi une formation initiale et continue appropriée ou réussi un examen approprié, portant sur des aspects théoriques et pratiques.

La formation initiale et continue ou l’examen approprié porte au moins sur les points suivants:

  1. Formation initiale ou examen approprié

La formation initiale assurée par l’État membre ou par un centre de formation autorisé par l’État membre porte au moins sur les points suivants:

i) technique automobile:

- systèmes de freinage,

— systèmes de direction,

— champs de vision,

— installations et équipements d’éclairage, composants électroniques,

— essieux, roues et pneumatiques,

— châssis et carrosserie,

— nuisances et émissions,

— exigences supplémentaires pour les véhicules spéciaux;

ii) méthodes d’essai;

iii) appréciation des défaillances;

iv) exigences légales applicables concernant l’état des véhicules en vue de leur réception;

v) exigences légales applicables concernant le contrôle technique;

vi) dispositions administratives relatives à la réception, à l’immatriculation et au contrôle technique des véhicules;

vii) applications informatiques relatives au contrôle et à l’administration.

Chaque état membre doit la mettre en œuvre au plus tard en 2018.

Extrait de la directive article 13 Inspecteurs:

" Les inspecteurs employés ou autorisés par les autorités compétentes des États membres ou par un centre de contrôle au 20 mai 2018 sont exemptés des exigences établies à l’annexe IV, point 1"

Débouché et Evolution professionnelle:
Contrôleur(se) technique en automobile.

Evolution professionnelle :
Le (la) contrôleur(se) technique automobile peut s’orienter vers des postes à responsabilité : chef de ligne, chef de centre et Exploitant

Nota: sa progression professionnelle est fonction de sa mobilité géographique, de son investissement personnel dans les connaissances du contrôle technique et de sa capacité à assumer les responsabilités de la fonction visée.

ECOLE GEORGES GUYNEMER

Section Contrôle Technique Automobile

37 rue Challemel Lacour

69007 Lyon

La voiture Hybride

Le génie humain est à l’œuvre dans les premières tentatives de "motorisation" des charrettes et carrosses. L'idée de remplacer l'énergie animale par l'énergie de la vapeur. Le début de l'ère automobile est marquée par une recherche expérimentale et pragmatique pour solution des problèmes simples de mécanique.

 

Des nouveaux essais sont introduits sur des nouveaux moteurs à pétrole et à l'énergie électrique.

 

Cependant, le pétrole va s'implanter rapidement dans l'industrie automobile. Le pétrole est une ressource abondante et peu coûteuse.

A partir du 1er choc pétrolier sur la période 1973 -1974, le pétrole va commencer à devenir pour les automobilistes une charge de plus en plus élevée avec les taxes ajoutées qui coûtent plus chères que la matière première.

 Dans les années 80, l'Europe va contraindre les constructeurs automobiles à concevoir des nouveaux modèles avec des motorisations moins gourmandes en carburant afin de réduire sa dépendance énergétique.

Les préoccupations environnementales vont commencer à mettre en avant la pollution engendrée par l'Automobile. Il devient urgent de proposer une alternative à la motorisation des véhicules actuels. Il faut agir sur la réduction des émissions de CO² des gaz d'échappement du véhicule.

Les programmes publiques ont été lancés pour aider à financer les recherches & développements de l'industrie automobile européenne. Il devient urgent de concevoir des nouvelles voitures plus économes et écologiques.


 Les principaux constructeurs automobiles mondiaux avec leurs équipementiers ont développé des nouvelles solutions techniques comme le véhicule hybride, le véhicule électrique, le véhicule à pile à combustible d'hydrogène.

La solution de la voiture hybride a été la première solution à passer à la phase industrielle.

La marque japonaise TOYOTA avait commercialisé sa 1ère Prius en 1997. Aujourd'hui, elle s'est vendue à + 5 millions d'exemplaires à travers le monde.

La maîtrise technique de la technique de la voiture hybride "Essence - électrique" à travers des nouvelles modèles comme la Auris a permis au groupe de vendre en 2012 + 1 million de véhicules hybrides sur un total de 9,7 millions au niveau mondial.

 

Son effort de recherche & développement a permis à Toyota de déposer en 2011 presque 6.000 brevets dont environ 30 % sur les futures motorisations hybrides et à pile à hydrogène.

En Europe, le groupe PSA s'est orienté vers le développement d'un véhicule hybride "Diesel - électrique". Cette solution a permis de faire chuter de manière importante l'émission de CO². Par exemple, le modèle de la 3008 hybrid 4 émet 91 gr de CO².

 La technologie de la voiture hybride a un coût élevé à produire. Les futures normes européennes applicables en 2015 sur les émissions de particules au niveau de l'échappement va conduire les constructeurs de véhicules diesels à renforcer le filtrage au niveau du pot catalytique. On évalue à environ 400 € le surcoût.

Faut-il acheter une voiture hybride ?

Le prix de vente d'un véhicule hybride est nettement plus élevé, cependant depuis 2012, la fiscalité française accorde un bonus écologique si le véhicule hybride émet - de 110 gr de CO². Le montant est de 10 % du prix d'achat de la voiture compris entre 2.000 € et 4.000 €.

Au niveau des véhicules les plus vendus en France, en 2013, il s'est vendu 46.785 voitures. En 2014, la part de marché a atteint 2,3 % des véhicules neufs. La Toyota Yaris Hybride HSD est la voiture la plus vendue en France. Cette motorisation est la plus vendue chez Toyota devant la version diesel et essence. En deuxième position, la Toyota Auris HSD est disponible en berline et en break. En troisième position, la Peugeot 3008 HYbrid4, en quatrième la Peugeot 508 HYbrid4 en version berline et en RXH en crossover. En cinquième position, la Toyota Prius avec une version berline, une version monospace et une version hybride rechergeable la Prius Plug in Hybrid. La 4e génération vient de sortir sur le marché français.

En 2015, la vente de voitures hybrides a augmenté pour atteindre environ + 50.000 véhicules. Attention, il n'y a plus d'aide pour l'achat d'une voiture hybride électrique - Go.

Attention aux coûts de la maintenance

Démarche en cas de doublette de la plaque d'immatriculation

On estime à environ 400.000 le nombre des automobilistes victimes des "doublettes" des plaques d'immatriculation en France.

Le Contrôle des deux roues

Les pouvoirs publics français voulaient maintenir la date du 1 janvier 2012 pour le lancement du contrôle technique des deux roues (-50 cm3). Les dernières réunions du mois de juin afin de présenter le projet d'arrêté définitif marque le tournant de cette affaire qui a duré plusieurs années. En ce dernier trimestre de l'année 2011, la Commission d'attribution des agréments pour les programmes de formation spécifique aux deux roues permet la formation depuis le mois de septembre sans la publication officielle de l'arrêté définitif. Effectivement, il est urgent de former les contrôleurs VL volontaires pour cette nouvelle activité. Il est aussi important d'arrêté officiellement la liste des équipements homologués ......

Les pouvoirs publics ont autorisé l'ouverture de centre spécialisé dans le contrôle technique des deux roues, cependant la préoccupation de l'Etat français est d'avoir dès le début de l'année 2012 une couverture suffisante du territoire pour permettre à tous les détenteurs d'un deux roue de faire réaliser son contrôle dans un centre de proximité.

Au final, l'état français attendait la directive européenne sur le contrôle technique des deux roues pour imposer le contrôle technique aux motos. On évoque d'une application de cette directive en 2022 en France.

A la grande surprise des professionnels du Contrôle technique, le Comité Interministériel de la Sécurité routière du 2 octobre 2015 préconise la mesure 13 à mettre en œuvre dans un délai de 2 ans. Cette mesure instaure le contrôle technique pour la vente de deux roues motorisés d'occasion.Cette proposition avait été soutenue par Mme Bernadette Vergnaud, députée européenne du groupe socialiste au Parlement européen.

En 2016, + 16 pays ont instauré le contrôle des deux roues en Europe.


Affaire à suivre

Le Centre SECURITEST de Chalon Sud

Dans le cadre de notre partenariat avec le groupe SGS, M. Laurent VIGNES, délégué de la région Rhône - Alpes, nous a fait rencontré M. Thierry PASQUELIN, responsable du centre de l'avenue de l'Automobile à Saint Marcel (71380 Chalon Sud).

Le but de notre visite était de découvrir en avant première le contrôle technique volontaire d'un deux roues.

Depuis quelques années, la France doit mettre en place le contrôle technique des deux roues afin de se conformer à la règlementation européenne. En 2009, 15 pays européens ont déjà introduit le contrôle technique obligatoire des 2 roues sur 27 pays.

 Sur le site de l'OTC, on peut s'informer de l'évolution de ce dossier.

Le Conseil Général des Ponts et Chaussées a publié un rapport en mai 2007 où il est présenté les premières pistes à examiner en vue de la mise en place du contrôle technique des deux roues en France.

Il est noté: " La mise en place du contrôle technique ne résoudra pas, loin s'en faut, la sinistralité des motocyclistes et des cyclomotoristes. En les rendant plus
responsables de l'entretien de leurs véhicules, il est cependant permis de penser qu'elle modifiera leur comportement, et leur fera prendre conscience de l'extrême
vulnérabilité d'un véhicule qui, sans carrosserie et sans pare-chocs, exige plus que d'autres, un entretien rigoureux et une vigilance de tous les instants.
Ce contrôle ne pourrait être mis en place avant la généralisation de l'immatriculation à l'ensemble du parc des moins de 50 cm3, c'est-à-dire avant
juillet 2009.
Ce délai devrait être mis à profit pour établir le cahier des charges et les règles de procédure, sachant que pour des raisons d'égalité entre les différents modes de
transport, le contrôle technique des deux-roues devrait obéir le plus largement possible aux mêmes règles que celles qui existent pour les véhicules légers
(périodicité, procédures administratives, etc...). Il pourrait être effectué par les contrôleurs des centres autos ayant reçu une formation complémentaire pour tenir
compte de la spécificité des cyclomoteurs et des motocyclettes.
Les deux-roues sont souvent le seul moyen de transport pour les catégories les plus défavorisées. Il est donc essentiel que ce qu'ils considéreront comme une
contrainte supplémentaire soit acceptable financièrement : le coût de la visite ne devrait donc pas dépasser 30 €."

Il est rappellé les objectifs du contrôle technique et ses résultats:

" Le contrôle technique répondait à un triple objectif :
− de sécurité routière d'abord puisqu'on estimait que le mauvais état des véhicules est un facteur aggravant dans un accident de la route sur cinq.
environnemental ensuite puisque le contrôle technique à partir de 1994 a permis de vérifier la fonction " pollution/niveau sonore " des véhicules, et favorisait donc
l'évolution vers un véhicule plus respectueux de l'environnement.
− de protection du consommateur enfin, puisqu'en assainissant l'état du parc, la mesure offrait également de meilleures garanties aux acheteurs lors de la revente d'un véhicule d'occasion.
Pour chacun des trois objectifs le bilan de quinze années de contrôle technique se révèle positif , même si le lien entre sécurité routière et contrôle technique n'a jamais été établi de façon déterminante.
La situation, préoccupante du nombre de tués et de blessés chez les motards et les motocyclistes incite à juste titre à s'interroger sur l'intérêt d'étendre un tel contrôle aux deux-roues motorisés."

Après une phase de consultation, une synthèse a été rédigée:

" Sur la base des nombreux entretiens avec les milieux professionnels, administratifs et associatifs, mais également au vu des expériences étrangères, la mission conclut qu'un contrôle technique pourrait s'avérer utile pour trois raisons principales :
− l'état du parc, et en particulier celui des cyclomoteurs, laisse à désirer. Dans certains cas il est même inquiétant. Si, comme pour les véhicules automobiles, le lien de causalité avec l'accidentologie est difficile à établir, on peut aussi penser qu' un véhicule en bonne santé offre plus de sécurité qu'un véhicule mal entretenu. Par ailleurs l'absence de la protection d'une carrosserie ou d'un pare-choc, fait que toute altération mécanique peut avoir des conséquences encore plus graves pour un deux-roues que pour un véhicule de tourisme. Une simple négligence d'entretien ou de conduite peut se transformer en drame de la route.
− le débridage et le non respect de certaines règles élémentaires du code de la route provoquent des nuisances sonores et atmosphériques mal acceptées et nuisibles pour l'image de marque du secteur.
− le marché de l'occasion, qui représente plus de 50 % des achats de deux-roues, doit offrir les mêmes garanties et protections que celles offertes à l'ensemble des particuliers souhaitant acquérir un véhicule d'occasion."

 

M.Emmanuel Renard, Directeur de l'Education et de la Formation de l'Association Prévention routière commentait la position de l'Association:

 

"En janvier 2008, la déléguée interministérielle à la Sécurité routière de l'époque, Cécile Petit, en avait relancé l'hypothèse sur la base d'un rapport du Conseil général des Ponts et Chaussées. Toujours en vain. Pourtant, les motifs de mettre en place le contrôle technique des deux-roues ne manquent pas. Le premier concerne les cyclomoteurs et scooters de moins de 50 cm3. Ces deux-roues sont majoritairement conduits par des adolescents qui peuvent les conduire à partir de 14 ans avec le Brevet de Sécurité routière. Ils les débrident jusqu'à atteindre, parfois, 100 km/h. D'autres négligent les équipements, l'entretien. A kilométrage identique parcouru, un cyclomotoriste a 17 fois de plus de probabilité d'avoir un accident qu'un automobiliste. En 2008, 72 cyclomotoristes ont trouvé la mort et plus de 5000 ont été blessés ; 50 % des engins impliqués dans un accident sont débridés et 65 % présentent au moins un point de non-conformité."

 L'ACEM par l'intermédiaire de M.Jacques Compagne, Secrétaire général, a changé de position par rapport à la réglementation du contrôle technique des 2 Roues.

 " Nous prônons désormais le Contrôle technique des motos à l'échelle européenne. Cette évolution est stratégique. Nous militons, auprès des institutions européenes, pour une prise en compte des deux-roues motorisés (2RM) comme véhicule à intégrer dans la politique de transports de l'Union..... L'amélioration peut être significative pour une catégorie telle les 50 cc, mais aussi pour les véhicules urbains, en particulier les scooters. La moitié des immatriculations européennes de deux-roues concerne des scooters. Leurs propriétaires sont moins passionnés par le produit mais l'utilisent de manière intensive. Ils ne se préoccupent guère de l'entretien en marge du cycle des révisions. Pour les utilisateurs de motos, le Contrôle technique représente une garantie supplémentaire de sécurité...."

 


 Le magazine MOTOMAG propose l'interview du Secrétaire général de l'ACEM.

 

 En France, il semble qu'un calendrier est établi pour instituer au début de l'année 2012 le contrôle technique des Cyclomoteurs et scooters de moins de 50 cm3.

 Nous remercions l'ensemble du personnel du centre de contrôle technique de Sécuritest Chalon Sud par la qualité de son accueil et par sa volonté de répondre à nos questions sur le sujet de la future réglementation des Cyclomoteurs et scooters de - 50 cm3 et des motos.

 Dans un 1er temps, on découvre la chaîne de contrôle spécialisée pour le 2 Roues. M. Thierry Pasquelin nous indique que l'investissement est d'environ 35.000 €, cependant, comme la future réglementation n'est pas encore établie, l'équipement de la chaîne peut être différent.

 La moto est posée sur un pont élévateur, on examine les points de fixation et on se pose des questions sur les points de fixation avec le carénage des motos sportives ....

 

 Un banc de mesure Actia Muller, le pupitre de commande est similaire au Bilanmatic 10.000 du contrôle automobile VL (véhicule léger) avec un programme spécifique aux 2 roues.

 Après cette 1ère découverte, nous demandons à M.Thierry Pasquelin si il est possible d'assister à une démonstration de la réalisation d'un contrôle moto sur la chaîne. Avec gentillesse, il va chercher sa moto et il nous fait une démonstration.

 M. Thierry Pasquelin joue le rôle du contrôleur spécialisé sur les 2 roues. Il présente sa BMW au début de la chaîne, on remarque le positionnement de la moto sur le banc. Le contrôleur actionne le mécanisme pour bloquer la roue en fonction du test à réaliser.

Sur l'écran du pupitre, il s'affiche le déroulement du chaînage pour la moto. Le contrôleur suit les instructions du programme.

 On a vu la mesure de l'alignement, ....

 

 

La méthodologie est similaire au contrôle VL sauf qu'il faut s'assurer du positionnement correct et du blocage des roues. Il est important de faire attention à l'arrêt à la stabilité de la moto sur le banc de mesure. En fonction du gabarit de la moto, au moment de rouler, il ne faut pas perdre son équilibre, sinon il y a un risque de faire tomber la moto.

 

 Les mesures sont réalisées sans difficultés en respectant la méthodologie à mettre en oeuvre à l'aide du programme informatique.

 

 

A la fin, on examine les résultats ....... dans ce cas, la BMW est en rodage ....

 

 A la fin de cette démonstration, on a pu mieux comprendre l'utilité des mesures réalisées et les connaissances à mettre en oeuvre spécifiques à l'univers des 2 roues.

 Centre SECURITEST Chalon Sud

Av. de l'Automobile Saint Marcel

71380 Chalon Sud

Responsable de Centre: Thierry Pasquelin

Tél: 03.85.90.90.85 e-mail: t.pasquelin@wanadoo.fr

Lors de la réunion du mardi 14 décembre 2010 organisée par le Conseil National des Professions de l'Automobile (CNPA) à Lyon, nous avons des précisions sur le contenu du futur contrôle technique des cyclomoteurs en France.

 Un représentant national du CNPA qui siège à la Commission du Contrôle technique Automobile a précisé qu'une Commission a été créée où il siégeait les représentants des Réseaux, des syndicats professionnels comme le CNPA, les représentants de l'Administration chargé des transports, ...

 Cette commission a oeuvré pendant + 6 mois sur la future réglementation, les premières propositions étaients les suivantes:

 - 60 points de contrôle

 - une formation de 70 heures pour le contrôleur agréé

 - une liste d'équipement où il y avait un speedomètre, un banc de freinage, une table de levage, ..

 

 Ces propositions ont été abrogées par les services de Matignon. La proposition retenue par l'Administration française est la suivante:

 - environ 25 à 29 points de contrôle

 - en équipement obligatoire: le speedomètre, en équipement facultatif: la table de levage

 Le banc de freinage est abandonné car l'UTAC a réalisé des essais comparatifs entre les essais de freinage sur piste et sur les bancs, les valeurs sont différentes !!!!

 - un maillage du territoire français qui doit garantir la présence d'un centre de contrôle cyclomoteur tous les 25 km

 - ouverture d'installation auxiliaire

 - un prix de vente d'environ 30 € ttc

 - Lancement du contrôle technique des cyclomoteurs en 2012.

 Au niveau des motos, la France va attendre la future directive européenne sur les 2 roues pour mettre en place sa réglementation.

Extrait de la directive 2014/45/UE " à compter du 1er janvier 2022, véhicules à deux ou trois roues — véhicules des catégories et sous-catégories L3e, L4e,L5e et L7e, de cylindrée supérieure à 125 cm ..."

Formation agréée Contrôleur VL 900 Heures

 16 Nouvelle Chaine Pedagogique

Le métier réglementé de contrôleur technique des véhicules légers (jusqu'à 3,5 tonnes) était réservé aux personnes ayant déjà une formation technique de la Maintenance Automobile. Cette exigence réglementaire a été assouplie au 1/01/2011 si la personne possède un diplôme de niveau IV (Bac professionnel, ...) de certaines filières professionnelles.

Cependant, au niveau V de formation, les exigences sont restées identiques à l'ancienne réglementation de l'Arrêté Ministèriel du 18 juin 1991(AM) modifié:

" Un diplôme de niveau V (CAP, BEP) du ministère de l'éducation nationale dans une discipline de l'automobile : mécanique automobile (quelle que soit l'option complémentaire), carrosserie, tôlerie, électricité automobile, maintenance automobile et une formation spécialisée complémentaire dans le contrôle technique automobile d'une durée d'au moins 900 heures."

L'Equipe pédagogique de la section de Contrôle Technique Automobile de l'Ecole Georges Guynemer entretient des liens étroits avec la profession à travers deux partenariats avec le groupe SGS (Sécuritest et AutoSécurité) leader du contrôle technique en France et le Réseau DEKRA. Les professionnels de l'Automobile et le CNPA interviennent auprès de nos stagiaires.

 16 Logos Partenaires CNPA Dekra SGS

 Le contenu pédagogique répond aux exigences réglementaires et à l'évolution professionnelle du contrôle technique VL en France. Il est agréé par la Commission du Ministère des Transports.

16 Nouvelle Chaine CT 1

Notre programme de formation s'articule autour d'un enseignement de la pratique professionnelle d'un contrôleur et d'un enseignement théorique où le stagiaire doit apprendre la réglementation en vigueur, l'évolution technologique des véhicules, le système Qualité avec la maîtrise des procédures, l'Informatique et la relation avec la clientèle.

Il est très important que le stagiaire maîtrise l'ensemble des contenus des modules de formation afin d'être le plus "opérationnel" possible afin de s'assurer un placement rapide sur le marché du travail du contrôle technique automobile vl.

Actuellement, notre taux d'insertion professionnelle se situe entre 80 et 100 % en fonction de la mobilité géographique des formés.

Les centres de contrôle technique sont des petites entreprises (1 à 3 salariés). En conséquence, le contrôleur doit être en capacité de travailler en autonomie et parfois de remplacer le chef de centre lors de ses absences.

La chaîne de contrôle

L'atelier pédagogique est équipé de la nouvelle chaîne Actia Muller OTC LAN (2015), tout l'équipement de la chaîne est renouvellé en fonction de l'évolution réglementaire. Par exemple, il a fallu remplacer tout l'équipement (le réglophare, le banc de freinage, pesée, suspension et l'analyseur de gaz et l'opacimètre) pour être conforme de la nouvelle exigence (2016) de relier les bancs de mesures informatisés au PC du centre par la liaison OTC LAN.

16 Nouvelle Chaine CT

Notre chaîne est organisée en zone de contrôle comme dans un vrai centre. Le stagiaire apprendre avec rigueur la méthodologie de contrôle à mettre en oeuvre dans chaque zone.

L'ensemble des 10 fonctions du lexique est contrôlé à travers 5 zones. Il est installé des moyens de consultation des SR/V (méthodologie de contrôle) et du site de l'UTAC - OTC à proximité.

Lorsque le stagiaire doit traiter "une non-conformité" réglementaire, il utilise les classeurs (en ligne et physique) du système Qualité SGS. Au cours de sa formation, le stagiaire apprend les principales procédures à mettre en oeuvre et à traiter les non-conformités relevées. Il renseigne en ligne les imprimés qualité du centre, puis il réalise l'ensemble des démarchés pour traiter la non-conformité relevée.

 Une formation individualisée en informatique permet à chaque stagiaire la maîtrise de l'outil informatique. La réception des données de l'OTC, la saisie du certificat d'immatriculation, la saisie des informations liées à la facturation, la transmission des éléments d'identification du véhicule aux bancs de mesure, ... la réception des données au PC, le contrôle du futur PV de contrôle, l'édition du proces verbal (PV) et de la facture, .. sont des tâches quotidiennes du contrôleur.

Si le contrôleur veut s'assurer d'une information réglementaire ou technique, il va consulter les différentes sources d'information (intranet du Réseau, site de l'OTC, ...). Il réalise toutes les transmissions réglementaires entre le PC et les différents appareils de mesure de la chaîne de contrôle (bancs de freinage-suspension, pollution, réglephare, .. et TSP).

16 Liaisons PC Chaine CT

Le stagiaire a toujours accès à la bibliothèque du système Qualité, il peut aussi consulter les SR/V en vigueur ainsi que le lexique où sont indiqués les altérations à noter du Code de la Route.

La salle de cours est équipée de + 12 PC. Chaque PC est équipé du logiciel Adelsoft du Réseau SGS (AutoSécurité & Sécuristest) et Aurore du Réseau DEKRA  pour apprendre la maîtrise des logiciels de contrôle.

Notre salle de formation est équipée d'un vidéo-projecteur. Cet outil pédagogique permet une présentation plus dynamique des contenus de la formation.

Les cours de la Réglementation, du Lexique (phrasier du contrôle) - SR/V, de la Technologie automobile, de la Communication sont présentés sous PowerPoint.

Période en entreprise

6 à 8 semaines en entreprise permettent au stagiaire de mettre en pratique ses acquis, de développer ses compétences et de s'intégrer au sein de l'entreprise. Ces périodes font partie intégrante de la formation et du diplôme et constituent ainsi un vecteur essentiel de l'insertion professionnelle.

L'équipe pédagogique assure un suivi sur le terrain pour suivre l'évolution professionnelle en vue atteindre les objectifs de la formation.

Evolution réglementaire de la Directive européenne 2014/45/UE relative au contrôle technique périodique des véhicules à moteurs du 3 avril 2014 fixe les nouvelles exigences minimales des compétences des inspecteurs dans l'annexe IV:

1. Compétences

Avant d’autoriser un candidat inspecteur à effectuer des contrôles techniques périodiques, les États membres ou les autorités compétentes vérifient que cette personne:

a) dispose de connaissances certifiées en matière de véhicules routiers dans les domaines suivants:

— mécanique,

— dynamique,

— dynamique des véhicules,

— moteurs à combustion,

— matériaux et transformation des matériaux,

— électronique,

— électricité,

— composants électroniques des véhicules,

— applications informatiques;

b) dispose d’au moins trois ans d’expérience attestée ou d’un niveau équivalent tel qu’un mentorat ou un niveau d’études attestés et d’une formation appropriée dans le domaine des véhicules routiers définis ci-dessus.

2. Formation initiale et continue

Les États membres ou les autorités compétentes n’autorisent les inspecteurs à effectuer des contrôles techniques qu’après que ceux-ci ont suivi une formation initiale et continue appropriée ou réussi un examen approprié, portant sur des aspects théoriques et pratiques.

La formation initiale et continue ou l’examen approprié porte au moins sur les points suivants:

  1. Formation initiale ou examen approprié

La formation initiale assurée par l’État membre ou par un centre de formation autorisé par l’État membre porte au moins sur les points suivants:

i) technique automobile:

- systèmes de freinage,

— systèmes de direction,

— champs de vision,

— installations et équipements d’éclairage, composants électroniques,

— essieux, roues et pneumatiques,

— châssis et carrosserie,

— nuisances et émissions,

— exigences supplémentaires pour les véhicules spéciaux;

ii) méthodes d’essai;

iii) appréciation des défaillances;

iv) exigences légales applicables concernant l’état des véhicules en vue de leur réception;

v) exigences légales applicables concernant le contrôle technique;

vi) dispositions administratives relatives à la réception, à l’immatriculation et au contrôle technique des véhicules;

vii) applications informatiques relatives au contrôle et à l’administration.

Chaque état membre doit la mettre en œuvre au plus tard en 2018.

Extrait de la directive article 13 Inspecteurs:

" Les inspecteurs employés ou autorisés par les autorités compétentes des États membres ou par un centre de contrôle au 20 mai 2018 sont exemptés des exigences établies à l’annexe IV, point 1"

Débouché et Evolution professionnelle:
Contrôleur(se) technique en automobile.

Evolution professionnelle :
Le (la) contrôleur(se) technique automobile peut s'orienter vers des postes à responsabilité : chef de ligne, chef de centre et Exploitant

Nota: sa progression professionnelle est fonction de sa mobilité géographique, de son investissement personnel dans les connaissances du contrôle technique et de sa capacité à assumer les responsabilités de la fonction visée.

ECOLE GEORGES GUYNEMER

Section Contrôle Technique Automobile

37 rue Challemel Lacour

69007 Lyon

Lu 10673 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Publié dans Formation
Connectez-vous pour commenter

Abonnez-vousà notre newsletter

EVENEMENTS

PHOTOS & VIDEOS

Liens connexes

Style Setting

Fonts

Layouts

Direction

Template Widths

px  %

px  %